Renard Gourmande

18 février 2008

Nouveau terrier pour le renard

Suite à des difficultés techniques sur Canalblog, j'ai déménagé.
Ma nouvelle adresse est le:

www.renardgourmande.over-blog.com

Je ne poserai plus d'articles ni les commentaires sur Canalblog.

J'aimerais ajouter que je suis plus que déçue du comportement de canalblog dans cette histoire. Suite à une impossibilité de me connecter à mon espace administration, j'ai envoyé un courriel leur demandant de m'aider. Sauf le courriel automatique attribuant un numéro de ticket, je n'ai rien reçu. Zéro. Depuis 2 semaines. Je sais que canalblog offre un service gratuit. Mais dans la phrase "service gratuit" il y a aussi le mot service!
Je trouve dommage d'avoir du déménager et réapprivoiser un nouvel hébergeur, mais c'est la vie.

Posté par Marie fantaisies à 12:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 février 2008

Blog colis °4 ou quand la cigogne part en vacances

J'ai reçu, oui oui Aurélie!!!!, mon blog colis numéro 4. Cet après-midi. Alors que je ne revêtais fièrement que mon haut de pyjama (paresseuse, va!) le facteur a sonné. Alors ce fût la débandade: trouver la robe de chambre, ouvrir la porte, est-ce mon amie Annie? elle devait pourtant appeler avant....... Mais non, une fois décente, j'ai constaté avec plaisir que c'était le facteur. Un colis! Youpi! Mais lequel? Celui de belle-maman, envoyé avant Noël ou celui d'Aurélie?

La dernière option de révéla la bonne. Ce colis a une longue et pénible histoire. Comme certains d'entre vous le savez, nous ne somme ici au Québec, le Ramou et moi-même, que temporairement et ce depuis 3 ans (en mai, mais bon....). Et cet état de temporaire nous a causé quelques soucis, dont plusieurs déménagements, soit 2 seulement l'été dernier. Je vous raconte pas tous les problèmes que ça a causé, de changer d'adresse comme ça, tout le temps. Et le blog colis en fût une victime. Le colis était donc parti pour notre 2e ancienne adresse. Quand je ne recevais pas le colis, je m'en suis doutée et ai contacté les locataires actuels pour leur demander de bien vouloir gentiment signer à la réception du colis et soit de nous appeler, soit le confier à notre ancienne voisine, une amie.
On attendait toujours.
La voisine, en parlant avec les locataires, s'est faite dire qu'un colis était arrivé mais que c'était durant l'été et que le facteur n'a pas voulu le leur laisser mais a préféré le ramener à la Poste pour que cette dernière nous retrouve par elle-même.  Tout cela est du caca de taureaux, comme les Québécois le savent. Je vous explique:

- le colis était bel et bien arrivé à l'automne, non à l'été
- la Poste canadienne exige qu'un colis qui doit être remis sous signature le soit....mais n'importe qui peut le signer
- nous n'avons pas de nom sur la boîte aux lettre, alors je peux envoyer un colis, au Québec, destiné à Monsieur Machin Chouette et il se rendra....si du moins j'inscris une adresse valide
- ce qui veut dire que l'ancien locataire a renvoyé notre colis au facteur en leur signalant "déménagé sans laisser d'adresse" (ce qui était inscrit sur le colis retourné à la pauvre Aurélie) parce qu'il n'avait aucunement envie de gérer la logistique d'aller sonner à la porte de la voisine et lui tendre le colis......c'est tout.
- une chance que la Bible nous interdit de tuer quelqu'un parce que cette journée-là, disons que j'en ai eu grandement envie.

Bon, tout est bien qui fini bien. Aurélie a retourné le colis, cette fois-ci à l'adresse à laquelle nous sommes et je viens de le recevoir. Et quel colis! Plein de superbes surprises.
P1010053x

Je vous raconte:

- Une bouteille de Melfor, un assaisonnement à salade à base de miel et d'aromates, plus doux que le vinaigre est-il écrit sur l'étiquette
- Deux sachets de soupe à l'épeautre biologique, une minestrone et une aux tomates
- Une tonne (5) de Ritter Sport, dont je raffole, dont celui au Rhum, mon préféré!!! Certains au chocolat blanc pour le Ramou qui en raffoleP1010047
- Un pot de confitures à l'églantine sauvage (oh, j'ai hâte de goûter ça!)
- De mignons emporte-pièces en forme de coeur, d'éléphant, d'hippopotame, de fleur, d'étoile et d'ourson
- Un thé blanc "Avec les Anges" biologique et un Roiboos, lui aussi biologique, aux saveurs de Noël
- Un sachet d'épices pour vin chaud....alors là, Aurélie, tu me fais plaisir. J'adore le Glühwein. J'en ferai ce soir-même!P1010057
- Un pot d'épices pour pain d'épice.....miam! Quel arôme!
- Un livre de recettes traditionnelles d'Alsace
P1010056
- Et une gentille carte aux couleurs de l'amitié et de la générosité


Merci mille fois Aurélie. Merci aussi de ta patience. Je suis comblée.

Posté par Marie fantaisies à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2008

Couscous à la Samia

Nous sommes allées, la semaine dernière, souper chez des amis algériens. Un couscous. Nous en avions parlé l'an dernier lors de leur dernière visite et attendions ce couscous avec impatience. Il fût à la hauteur, même au-delà, de nos attentes. J'ai voulu le reproduire.
Quelques instructions en main, je me suis mise à la tâche. Des légumes racine, de l'oignon et de l'ail, de la courge, du collier d'agneau, des pilons de poulet, de la semoule fine et du ras el hanout.
C'était tout.
Ah oui, et j'oubliais le couscoussier acheté lors de la dernière razzia chez l'épicier arabe, les Délices du Maghreb, sur Côte-des-Neiges. Il est, d'ailleurs, devenu mon nouveau boucher (pour l'agneau). Sa viande est belle, superbe, fraîche et bien coupée. Il m'a désossé et ficelé un gigot de façon remarquable.....c'est aux petits détails que l'on voit quand un boucher connaît et aime son métier.
Je ne vous donne pas encore la recette. Pas par purisme ou flagrant délit d'avarice mais parce que malgré qu'il fût bon, il n'est pas encore à mon goût. Quand il le sera, je vous la donnerai. Et si vous avez envie de faire un essai, les ingrédients sont ci-dessus.

P1010017

Posté par Marie fantaisies à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2008

Pain d'épice

Coucou! c'est moi! Eh bin, oui, je suis chez moi de toute façon.....mais bon. J'avais envie d'une entrée spectaculaire. Ça arrive à tout le monde.  On s'anime comme on peut! Disons que l'énergie ne se gaspille pas ici. Les chats dorment sur le sofa, y'a pas un bruit sauf le vent qui passe par le coin mal ajusté de la fenêtre. Quelqu'un devait venir, avec le propriétaire, les réparer ce matin. Ils sont venus, ont fait un train d'enfer. Mais à ma descente du lit, lorsqu'ils sont partis, rien. Rien! Tout était comme avant. Le même coin croche sur la même fenêtre. Le vent passe toujours. C'est à se demander à quoi ont servi la scie et le marteau que j'ai entendues.
Bon, à propos de ce pain d'épice. Je recevais des amis mercredi soir. Je faisais un gros jambon. Alors j'ai eu envie d'un dessert rustique pour servir après ce repas copieux et traditionnel. Rien de mieux qu'un pain d'épice. Me voilà donc partie à la recherche d'une recette de pain d'épice sur internet, lorsque je me suis rappelée qu'il y en a une dans mon livre Les extra de l'ordinaire, de Jacques Thorel. Je vous en ai déjà parlé. Un pain d'épice sublime avec miel, fruits confits et rhum....Bon, n'ayant aucun fruit confit, j'ai omis les fruits mais quand même mis les raisins. Ce pain d'épice est sucré et collant à souhait: 400g de miel pour 400g de farine!
Je ne suis pas sûre qu'il soit légal de poster, sur internet, des recettes de livres sans la permission de l'auteur. Il faudra que je me renseigne. Je vous donne quand même celle-ci, mais c'est la dernière de ce livre. Je vous le dit, ce livre est un bijou et je vous encourage à en faire l'acquisition, vous y reviendrez souvent, croyez-moi.

P1000965

Pain d'épice hors de l'ordinaire

400 g de miel toutes fleurs (300g pour moi la prochaine fois)
400 ml d'eau
180 g de sucre (j'en mettrai moins la prochaine fois)
50 ml de rhum
400 g de farine
le zeste d'un citron
1 pincée de cannelle, de muscade et de sel (j'ai ajouté une pincée de gingembre moulu)
100 g de fruits confits
150 g de raisins de corinthe
20 g de bicarbonate de soude

Mélangez ensemble les ingrédients à froid
Laissez reposer 24 heures au frais
Versez la préparation dans des moules à cake (2) beurrés
Enfournez au four préchauffé à 150°C (300°F) pendant 1 heure

Moi j'ai mis plus d'une heure pour qu'il soit cuit. J'ai aussi fait moitié moule à cake en verre, moitié (2) moules à cake en carton. Ceux en carton n'ont pas bien cuit.  Le moule à cake en verre, lui, fût parfait: les bords croustillants et le dessus caramélisé!
Il restait des petites bulles de farine non mélangées même après 24 heures au frigo. La prochaine fois, j'essayerai peut-être de mélanger la farine et l'eau avant d'ajouter au miel. Parce que la farine dans le miel et l'eau, ça se mélange plutôt mal.
La prochaine fois, je mettrai moins de sucre et moins de miel. J'ai trouvé la consistance un peu collante et sucrée. Une chance que je n'ai pas mis les fruits confits! Mais n'ayant pas les mêmes ingrédients que monsieur Thorel, il est normal que le résultat soit différent. Cela dit, mon miel était français! Item du blog colis reçu de Grenoble l'an dernier. Il était délicieux!
Ce gâteau est moelleux à souhait, parfumé. La qualité du miel fait toute la différence.
Je vous montre aussi mon nouveau porte-gâteau, modèle Hugues 2008:
P1000969



Posté par Marie fantaisies à 12:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 janvier 2008

Mufins aux bananes et son bla-bla

Nous avons tous eu, un jour ou l'autre, la chance de rencontrer quelque banane vagabonde, oubliée des mortels et étirant ses jours en broyant, de plus en plus, du noir. Vous, qui avez la compassion au coeur, vous êtes questionné quand aux chances de survie et même de transcendance de la dite banane. Et voilà qu'au bonheur joie se rajoute,  d'autres bananes, attirées par l'aura de bonté qui vous entoure, se joignent à celle qui, à priori, vous avait ému. À cette vue, si vous avez l'âme poète comme moi, il y a forte chance que vous vous soyez exclamé: Des muffins aux bananes!!!
Et voilà partie une partie  (non, ce n'est pas redondant mais bel et bien nécessaire à l'équilibre du niveau littéraire élevé duquel je m'exprime) de conviction de la dite banane, du débat ayant pour but de lui faire comprendre et pourquoi pas reconnaître que de terminer en muffin est l'exaltation ultime d'une banane respectable.
Une fois cette dernière vaincue, vous voilà alors en prise avec la deuxième exclamation de la journée: mais quelle recette utiliser? Parce que malgré que le fait que nous soyons tous  de férus mangeurs de muffins aux bananes, nous n'avons pas tous la recette. Des recettes, certes! Une panoplie de recettes qui nous ont déçu, des fois presque enchanté, mais qui ont terminé leur vie dans le classeur des déceptions culinaires. Mais pas LA recette. Celle qui vous emporte, qui vous fait rêver. La recette-baguette-magique qui vous permet de faire de beaux muffins qui lèvent leur croûte dorée et croustillante sous la pression d'une mie moelleuse (je pleure encore l'épellation éronée mais combien délicieuse: mouelleuse), moelleuse donc, dis-je, où se côtoient avec harmonie digne d'une chanson des Beatles morceaux de bananes, grains d'épice, flocons de farine douce et attendrissante et pépites de chocolat semant l'hilarité et la bonne humeur ou morceaux de noix croquant comme la serveuse du petit café au coin de chez vous.
Mais cette recette, bien que faisant partie de l'imagination collective, n'existe que dans vos rêves, madame! En bien non! Permettez-moi de vous contredire, plaisir présent mais préservé, ma chère amie, mon cher ami. J'ai trouvé LA recette. Mais non! Relevez-vous, mes braves, relevez-vous! Je n'ai pas lavé le plancher depuis.........mais voilà que je m'égare et me perd. Hors sujet. Je vous livre cette recette, dans la béatitude et la générosité qui me qualifie.

P1000948

LE muffin(s) aux bananes

Préchauffer le four à 375°F (190°C)

1½ tasse de farine
¾ t de sucre
1 c à thé de levure chimique
1 c à thé de bicarbonate de sodium
½ c à thé de sel
1 c à thé de piment d'espelette ou un pincée de cayenne
Mélanger tout cela ensemble

1 oeuf
3 bananes écrasées
½ tasse de margarine fondue (ou beurre)
½ tasse de noix ou de pépites de chocolat
Mélanger tout cela ensemble

Mélanger tout cela à la cuillère en bois. La réussite d'un muffins repose sur le minimum de manipulation de la pâte.
Ajouter au mélange humide le mélange sec à la cuillère en bois et mélanger seulement jusqu'à assimilation de la farine.
Remplir aux ¾ les moules à muffins graissés ou recouverts de caissettes de papier.
Cuire 20 à 25 minutes au centre du four jusqu'à ce que le dessus soit doré et qu'un cure-dent inséré au milieu en ressorte propre.
Laisser refroidir dans le moule 10 minutes. Les sortir du moule, transférer sur une grille et laisser refroidir complètement.
Prendre une photo et envoyer à l'adresse suivante: renardgourmande@hotmail.com
Déguster.

P1000951

Vous pouvez broder autour de cette recette comme bon vous semble. Ajouter des épices, de la fève tonka pour les riches, de la muscade pour les pauvres, de la cannelle pour les traditionnels, du basilic pour les aventuriers, des pépites de beurre d'arachide pour les rigolos. Si je mets des pépites, j'ajoute un peu de sel afin de compenser pour le sucre rajouté. La margarine peut être remplacée par du beurre, mais la margarine donne une croûte plus croustillante. C'est à votre discrétion.
Mais ne commencez rien sans avoir, au préavis, le consentement des bananes impliquées.

Posté par Marie fantaisies à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


22 janvier 2008

Blanquette de veau et ses patates à la vanille

Comme vous le savez certainement déjà, j'adore les livres de recettes. Et j'ai un petit faible pour ceux qui traitent de cuisine authentique. Le moléculaire et le fusion-fusée, très peu pour moi.  Cette recette est tirée du livre "Saveurs d'autrefois", de Marie Leteuré et Jérôme Bilic, aux éditions Solar. Un petit bijou de recettes typiquement françaises, ces bonnes vieilles recettes des arrière-grand-mères. La salade de lentille aux échalotes, celle à la poire et au foie gras, le velouté de petits pois au lard croustillant, la queue de cabillaud (morue) au fenouil et aux olives noires, le navarin d'agneau, le poulet rôti moutardé, les petits choux farcis ou braisé aux noix, fromages rôtis en feuilles de figuier, baba au rhum, charlotte marron-chocolat, gâteau caramélisé à l'ananas, marquise au chocolat..... comme autant de bonnes raison de tout vouloir tester, goûter et sortir la belle vaisselle fragile.

P1000955

J'aime le terroir, ses produits et ses exigences.  Cuisiner avec les saisons, les temps et les températures offrent chacun leurs défis. Chez nous, on ajoute aussi : les groupes. Parce qu'on ne cuisine pas pour un groupe comme pour deux personnes. Et quoi que je choisisse de cuisiner, je passe souvent mon temps dans la cuisine à courir partout alors que les invités placottent au salon.  Sauf quand j'arrive à préparer mes trucs d'avances, comme une lasagne ou un pâté-chinois, qui ne demandent d'attention que de les mettre au four.
J'aurais pu faire de même avec la blanquette. La faire la veille et la réchauffer.  Mais l'idée d'origine était de faire une blanquette de dinde à partir de la dinde de 23 lb qui dégelait dans le frigo. Mais bien sûr, elle n'était pas dégelée le jour J. Alors hop! en voiture! Tout le monde au marché Jean-Talon pour acheter des cubes de veau et autres délices, dont un livre de cuisine e-x-t-r-a-o-r-d-i-n-a-i-r-e dont je vous parle plus tard. Voyez? Je suis généreuse.

La préparation d'une blanquette se fait en 6 parties:

  1. ébullition de l'eau contenant le veau et en écumer la surface
  2. ajout du bouquet garni et légumes aromatiques, cuisson 1h30
  3. cuisson des champignons et caramélisation des oignons
  4. sauvetage du bouillon et tri de la viande (on jette les légumes)
  5. élaboration de la béchamel à partir du bouillon
  6. liaison du tout avec de la crème et du jaune d'oeuf

Mon erreur fût d'exercer les points de 3 à 6 en présence de mes invités, ce qui les a incité à me demander si j'avais besoin d'aide. Mais bon, la cuisine ne peut contenir qu'un nombre maximum de gens, alors..... La prochaine fois, je ferai tout avant. Il ne restera qu'à faire la béchamel et lier. Moins compliqué. Alors, elle vient cette recette? Oui, oui! la voici ...

 

P1000943

Blanquette de veau

pour 12 à 15 personnes

2,4 kg d'épaule de veau, en cubes ou 2kg de cubes de veau
1 bouquet garni (2 feuilles de laurier et branches de thym)
2 carottes en tronçons
2 branches de céleri en tronçons
2 oignons moyen ou 1 gros, coupé en deux et piqué de
2 clous de girofle
20 grains de poivre noir
500 gr de champignons blancs frais (de Paris ou café) ou plus
20 aine de petits oignons grelots, épluchés ou plus
5 citrons ou moins
400 ml de crème
2 jaunes d'oeuf
Beurre (environ 200 gr)

Repassons par les étapes:

  1. Rincer les cubes de veau (cela réduira l'écume) avant de les couvrir d'eau dans une casserole. Amener à ébullition et écumer jusqu'à ce qu'il ne reste presque plus d'écume. Ajouter de l'eau bouillante si nécessaire.
  2. Ajouter le bouquet garni, les carottes, le céleri, l'oignon et le poivre. Cuire à petits frémissements pendant 1h30
  3. PENDANT QUE LA VIANDE CUIT, couper les champignons en quartiers s'ils sont gros et les cuire dans du beurre, sans les colorer, pendant 5 minutes. Arroser du jus d'un citron, ajouter un verre d'eau et cuire 10 minutes. Ajouter sel et poivre. Réserver. Cuire les petits oignons dans du beurre (eh oui, encore du beurre) jusqu'à légère coloration. Ajouter un peu de sucre et caraméliser. Quand ça menace de chauffer trop, ajouter un verre d'eau et cuire 10 minutes. Ajouter sel et poivre. Réserver sur les champignons.
  4. Quand la viande est cuite (elle doit être tendre et se défaire facilement à la fourchette), l'égoutter dans un bol pour conserver le bouillon et la séparer des légumes, que l'on jette.
  5. Dans une casserole ou une cocotte, faire une béchamel en utilisant du beurre, de la farine et le bouillon de veau. La faire un peu épaisse, on rajoutera du bouillon si nécessaire. Ajouter la viande, les champignons et les oignons.
  6. Mélanger la crème et les jaunes d'oeufs. Bien mélanger et ajouter au mélange avec une cuillère en bois. Rectifier l'assaisonnement (il pourrait manquer de sel et de poivre), ajouter du bouillon si la sauce est trop épaisse. Ajouter du jus de citron pour équilibrer l'acide et le sucré.

Servir avec des pommes de terre, du riz ou des pâtes. En ce qui me concerne, j'ai fait cuire des patates  grelots au four,coupées en petits quartier, enduites d'huile de canola, de sel, de poivre blanc et de grains grattés d'une gousse de vanille. C'était délicieux!

Ma blanquette avait une sauce trop liquide à mon goût. C'est bon pour le riz ou les pâtes, mais la prochaine fois je ferai ma béchamel plus épaisse. Parce qu'il y a la crème à rajouter et le bouillon pour balancer les assaisonnements s'il y a lieu. Je conviens qu'il peut être rare pour vous de recevoir 10 personnes à la fois. Cela dit, vous pouvez réduire les ingrédients de moitié et congeler le reste en portions. La blanquette est excellente, sinon meilleure, réchauffée à feu doux.

Posté par Marie fantaisies à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 janvier 2008

Une salade pour mon homme

Annie part en voyage. Elle visite une amie au Nevada, là où il fait moins froid. Malgré le fait qu'elle soit à la bourre, elle partage néanmoins une superbe salade avec nous. J'ai goûté à son "pesto" de citron confit et graine de citrouille, c'est vraiment bon! Je comprend qu'elle soit tentée d'en mettre partout...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Cette semaine, tout s'est passé à une vitesse folle. Je me préparais à partir en voyage. De plus, mon chum (copain) était malade, donc j'ai décidé d'avoir recours à mon dépanneur numéro un : de la salade. Quoi de mieux qu'un bonne dose de vitamines pour soigner son homme! Pour moi, la salade, c'est très simple. J'improvise avec ce que j'ai et je fais toujours ma vinaigrette maison (tout est dans la sauce, comme on dit!), mais je me suis dit que mon classique pourrait en inspirer d'autres. Voici donc ce qu'il y avait au menu cette semaine. Vous verrez sur la photo mes ingrédients magiques, le thème central de la vinaigrette cette semaine. Surtout, il y a le confit de citron et citrouille LeGrand. J'adore.

salade

Je l'ai marié comme suit :

3 c. à soupe de confit de citron (au pire, on peut le remplacer par du jus citron ou de pamplemousse, ce sera différent, mais tout aussi bon)

¼ t. vinaigre de vin blanc (pas nécessaire si on a pris du citron frais, ajuster les quantités)

½ t. huile d'olive (je l'aime un peu piquante)

2 c. soupe de sirop d'érable

sel et poivre du moulin

estragon

Et pour la salade, comme j'aime bien les mélanges sucré-salé, je mêle souvent les fruits aux légumes. Cette fois-ci j'ai combiné de la laitue mesclun à une pomme, un avocat, une tomate fraîche et quelques tomates séchées, des artichauts marinés, du jambon et du cheddar fort. L'important, c'est d'écouter son instinct, sa gourmandise... et son frigidaire (frigo)! Bon appétit, tout en santé!

On se revoit à mon retour. Je dois rester à jeun le 27 toute la journée pour un test le 28, donc je ne cuisinerai pas et n'aurai pas envie d'écrire sur la bouffe... Je le ferai dès le test passé.

À bientôt!

Posté par Marie fantaisies à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 janvier 2008

Les Lundi d'Annie ou Une invitée dans la soupe!

J'ai une amie, prénommée Annie, talentueuse cuisinière de son état. Elle n'a pas de blog mais s'inspire souvent de la blogosphère. Elle réfléchi de commencer son propre blog alors en attendant d'être prête, je lui passe le mien et vous livre Les Lundi d'Annie! Une chronique hebdomadaire au Pays d'Annie, son mec et Gonzo le chat. En espérant que cette aventure lui donne envie de se la continuer éponyme! Voici donc son premier post sous le signe de la soupe mauve (délicieuse, j'en ai mangé!).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

soupe_chou_panais_3

Cette soupe est le fruit d'une improvisation spontanée. Sa couleur mauve surprend, mais son goût délicat ravit! Voici la recette. Personnellement, je l'aime beaucoup avec un peu de cumin. Les quantités sont approximatives. Ma soupe était un peu épaisse. On pourrait augmenter la quantité de bouillon pour la rendre plus liquide.

Soupe mauve au chou rouge et panais

Environ 1½ litre de bouillon de poulet maison
½ chou rouge émincé
7-8 petits panais épluchés et coupés en rondelles
1-2 branches de céleri
3-4 gousses d'ail
½ t. de crème
2 c. soupe de sirop d'érable
sel et poivre
cumin (facultatif)

Faire cuire les légumes dans le bouillon de poulet jusqu'à tendreté (une trentaine de minutes). Mixer le tout en un potage velouté. Ajouter la crème, le sirop d'érable, le sel, le poivre et le cumin. Servir. Ce n'est pas plus compliqué! Personnellement, quand je prépare mon bouillon de poulet, j'y mets du citron et du céleri, ce qui donne du goût!

soupe_chou_panais_1

Posté par Marie fantaisies à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 janvier 2008

Glühweinschwein

Ça se prononce GLU-VAÏN-CHVAÏN. Le Glühwein est un vin rouge chaud et épicé que les Allemands boivent en hiver, surtout dans le temps des Fêtes. Les marchés de Noël embaument de ses effluves réconfortantes. Il est même parfois vendu dans une tasse du marché de Noël avec l'inscription de l'année. Le Ramou a une collection de ces tasses à la maison.
Schwein veut dire cochon. Le cochon a une symbolique forte en Allemagne, synonyme de chance. Schwein haben (avoir de la chance), Glückschwein (chanceux), à ne pas confondre avec Sau ZAOW (la truie) qui signifie cochon dans le sens québécois du terme, très ou trop: Saugut (trop bon!), Sauteuer (très dispendieux).
Dans ma cuisine, Glühweinschwein est une expérience. Très facile. Un filet de porc cuit sur un lit de pommes épicées au vin rouge. Aussi simple que ça. Et très bon.

Glühweinschwein

1 filet de porc
3 pommes pelées et tranchées épais
cannelle, girofle moulu, muscade et gingembre moulu
1 tasse de vin rouge (250 ml)

Préchauffer le four à 400°F (200°C)
Poser les tranches dans le fond d'un plat allant au four
Faire un espace au milieu et y déposer le filet
Saupoudrer le tout d'épices
Verser le vin sur les pommes
Enfourner à découvert pendant 30 minutes pour une cuisson rosée

Déguster avec des pommes de terre au four, en purée, comme vous les préférez et le reste de la bouteille de rouge!

Prost!


Posté par Marie fantaisies à 16:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 janvier 2008

Tarte au sucre

Les desserts se font de plus en plus rare sur mon blog. La première raison est que nous sommes de vrais gourmands, pour ne pas utiliser d'autres termes! Alors jamais le temps de prendre une photo. La deuxième est même si j'arrive à de bons résultats gustatifs, l'effet esthétique demeure souvent en reste. Je les pardonne, je ne suis pas très photogénique moi non plus.
Mais une tarte au sucre, c'est toujours beau! En plus, c'est toujours bon. Alors j'en partage les photos avec vous.
Cette recette est typiquement québécoise. Il en existe une variante au sirop d'érable dont ma tante Francine est la Reine incontestée. Les deux variantes peuvent se coiffer de pacanes sur le dessus, mais le Ramou étant intolérante aux noix, je m'en passe. Elles demeurent toutefois délicieuse, avec ou sans. Cette tarte se retrouvant sur toutes les tables des Fêtes, j'en ai mangé de toutes les sortes et c'est celle de ma mère que je préfère. Elle caramélise sur le dessus, elle fond dans la bouche. J'attends encore d'en trouver une meilleure.....
Aujourd'hui, je vous offre celle au sucre. Une autre fois, peut-être, celle au sirop d'érable.

P1000920

Tarte au sucre

1½ tasse de cassonade bien tassée (écrasée le plus possible)
2 c. à table de farine
1 tasse de lait évaporé (non sucré!) ou de crème
1 oeuf bien battu
1 tasse de noix si désiré
1 croûte de tarte sablée non cuite

Préchauffer le four à 400°F (200°C)
Dans une casserole, bien mélanger le sucre et la farine.
Ajouter le lait ou la crème et faire cuire à feu lent jusqu'à dissolution complète, soit environ 5 minutes, en tournant constamment.
Retirer du feu.
Ajouter lentement l'oeuf bien battu en brassant constamment.
Verser dans la croûte et enfourner.
Cuire 10 minutes à 400°, baisser la température à 300°F (150°C) et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes.
Sortir et faire refroidir complètement sur une grille.
Si la croûte, après 40 minutes, manque de cuisson, on peut laisser la tarte au four quelques minutes de plus mais en surveillant que le sucre ne cuise pas trop.

Posté par Marie fantaisies à 17:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]